Accueil du portailFETE-GASTRONOMIE › Être artisan aujourd'hui : chocolat, l'envol des artisans

Être artisan aujourd'hui : chocolat, l'envol des artisans

​​Lorsque l'artisan chocolatier, Patrick Roger s'est attaqué en avril 2013 à la sculpture des gallinacés, il créa une basse-cour entière et chaque cocotte, fignolée à la main, eut sa propre identité. Les créateurs chocolatiers ne manquent pas d'humour et de talent pour mouler, façonner et dresser le chocolat dans tous ses éclats !
A Pâques, dans les vitrines, ces douceurs de rêve attirent l'oeil et les papilles. Adieu les oeufs classiques, les lapins enrubannés, les poules ou les cloches au ventre rempli de friture... Bonjour aux nouveaux sujets: des petits cochons, des nains de jardin, des champignons à la ganache moelleuse fabriquée sous la main de l'artisan... "Les chocolatiers français se diversifient même si dans l'ensemble leur clientèle reste classique" disent d'un même son de cloche les maisons Marquise de Sévigné, Puyricard, Bonnat ou Richart.

"Dans la pâte de chocolat travaillée sous l'oeil vigilant du maître et du thermomètre, nous créons des tablettes, des bonbons et autres sujets, à la seule condition que soit respectée une qualité irréprochable!" confie la jeune designer, Victoire Finaz propriétaire Abanico. La période de Noël est également propice aux créations originales comme on le voit avec le chocolatier Pierre Marcolini qui a choisi de perdre la tête par amour pour son chocolat et de la faire perdre à ses pères Noël !
Dans la collection des artisans rares se trouve, bien sûr, le grand chocolatier Jean-Paul Hévin. "A Pâques, l'an passé, j'ai imaginé des sujets en chocolat qui rendent hommage à la Terre, à l'exemple de mon oeuf géant : "Cocooning" (en image ci-contre). L'An-poule" souligne, quant à elle, notre gaspillage d'énergie! ".

Dans ses boutiques parisiennes, Patrice Chapon régale de tablettes créatives, de bonbons épicés, et de petits poissons surprenants aux premiers jours du printemps tandis que Christian Constant invite l'ours des forêts noires piquant comme un hérisson. Comme François Pralus et tant d'autres, le génie est là, et la perfection aussi. Ces artistes sont des gourmands intarissables qui veulent plaire à leur clientèle à une seule condition: qu'elle les interroge sur leur tour de main artisanal.
"C'est à sa couleur sombre et chaude et à son parfum surtout, que l'on reconnaît un bon chocolat: dès que l'on ouvre la boîte, l'arôme doit être franc, enveloppant, délicat et insistant à la fois, évoquer le plasir et provoquer l'envie d'y croquer ! Jean-Paul Hévin.

Contenants et contenus pour le chocolat révolutionnent les palais... Du point de vue de la création, il ne serait pas inutile de mentionner que le pompon reviendrait sans doute à un artisan surdoué: Alain Le Furet Tanrade. Hélène Colas est également une pro en la matière qui sait haut la main faire s'exprimer ses fèves venues d'Amérique latine, d'Afrique ou d'Indonésie: ses objets sont des chocolatières, des candélabres, des sacs, des masques ou des objets exclusifs à croquer en exclusivité.
La maison Boissier, une institution française, se diversifie en proposant sa gamme complète, mais aussi, pendant la période pascale, des objets détournés. "L'an passé, nous avons imaginé des pochettes surprises filles ou garçons à ouvrir à la récré! ". Jérôme Lépinay ou  autres amoureux de l'Asie, mettent en scène des espèces chocolatées surprenantes. Pascal Le Gac, "roi de la ganache" comme on l'appelle dans le métier, réserve ses créations et pas n'importe lesquelles, aux initiés. Parler avec cet artisan est un vrai régal.

Comme pour cet intarissable chocolatier, il serait dommage d'oublier de mentionner: Jean-Marc Scribante, Hubert Masse (Le Cacaotier), Franck Daubos, des maîtres à penser et à goûter... "Notre Confédération de chocolatiers et confiseurs de France représente les artisans fabricants ainsi que les commerçants de proximité en chocolaterie, confiserie et biscuiterie"  affirme Tanguy Roelandts, le président.
"Notre chocolat est une référence dans le monde, nous le défendons et en assurons la promotion fièrement! " .
Comme lui, les amoureux de chocolats savent que le métier de chocolatier est une métier privilégié mais qui exige à la fois attention et perfection. "Un vilain chocolat, un chocolat mal dosé ou de mauvaise qualité heurte en bouche... Quelle que soit la création, la matière exige le respect. Du travail de la fève jusqu'à l'instant où il se dégustera en prenant le temps... Un chocolatier ne s'intitule pas artisan chocolatier comme il veut...!" renchérit Jacques Pessis, président du Club des Croqueurs de Chocolats.

Si la passion des hommes et des femmes créateurs de bons chocolats dépasse nos frontières, il est aisé de constater que tous aiment leur métier et qu'ils souhaitent le transmettre. "Apprendre aux grands comme aux petits ce qu'est une couverture chocolat, une ganache artisanale exprimant toute sa puissance, raconter d'où provient la fève... Quelle chance ! " conclut Robert Linxe, un maître chocolatier qui puisa le premier, son inspiration dans des associations rares, celui qui mit le doigt sur l'équilibre des grands crus et qui, paradoxalement, craqua sur un bonbon chocolat au lait!

Photo : "Cocooning" - Jean-Paul Hévin